Menu
Modèles
Menu
Porsche - Arndt Ellinghorst – KCK 404F

Arndt Ellinghorst – KCK 404F

[+]

Ses prévisions doivent tomber juste, au moins à 51 % : Arndt Ellinghorst est analyste automobile. Si l’avenir est son domaine de compétence, c’est pourtant au passé qu’il conjugue sa passion. Nécessaire pour assurer la fiabilité de ses projections économiques, l’objectivité est une seconde peau pour lui… sauf pour ce qui touche à une certaine voiture : sa Porsche 911 T/R.

Elle fait entendre de temps à autre un vrombissement rauque, parfois assez brusque pour vous faire sursauter. C’est l’une des raisons pour lesquelles Arndt Ellinghorst aime sa 911 T/R : « Une fois à bord, on oublie tout le reste. »

L’intérieur de cette 911 couleur ivoire clair (Light Ivory) relève du plus pur purisme, d’un minimalisme maximum. Il n’y a plus rien qui puisse détourner l’attention du pilote, tout n’est qu’invitation à la conduite. Lorsque Arndt Ellinghorst s’installe au volant de la voiture de sport, c’est comme si rien ne le retenait plus, comme si chaque chose était à sa place dans le monde – il suffit de regarder l’expression de son visage pour s’en apercevoir.

[+]

Perspectives : Si le métier d’Arndt Ellinghorst est régi par les probabilités, sa vie privée est centrée sur sa famille.

Arndt Ellinghorst, 46 ans, se présente le teint fraîchement poudré, les traits bronzés soulignés par une touche de maquillage, les cheveux parfaitement coiffés en ondulations régulières. La raison de son apparence impeccable ne se fait pas attendre : il était à l’instant l’invité d’une émission d’information en direct sur la chaîne CNBC. Un analyste spécialiste du secteur automobile est un interlocuteur de choix pour les sujets liés à la mobilité. Pour une fois, la discussion ne concernait pas la voiture de demain, mais l’avenir de la voiture. Arndt Ellinghorst le voit plutôt en rose : « Les cours sont toujours volatils, bien sûr, mais la tendance me semble positive. » Fermement convaincu que l’industrie automobile a encore de beaux jours devant elle, il explique : « La mobilité reste un besoin fondamental. Le secteur est en pleine mutation : certaines innovations comme les véhicules autonomes, les nouvelles motorisations et les applications numériques nécessitent des évolutions considérables. » Mais il ne faut pas pour autant sous-estimer la créativité des constructeurs : « Apple, Google et Uber sont des entreprises formidables, mais je leur déconseille de se lancer dans la fabrication de voitures. »

Arndt Ellinghorst travaille à Londres pour le cabinet de conseil américain Evercore International Strategy & Investment Group, spécialisé en banque d’investissement. En sa qualité de Head of Global Automotive Research, il y dirige une équipe et émet des recommandations de placement. Il souligne toutefois qu’il s’agit d’analyse, pas de voyance : « J’ai souvent tort, mais j’ai encore plus souvent raison. Sinon personne ne ferait plus appel à mes services. » Il jauge l’avenir sans trop ressasser le passé.

Sa méthode de travail ne laisse pas grand-chose au hasard. Arndt Ellinghorst s’appuie sur des indicateurs clés tels que le ratio cours-bénéfices, les flux de trésorerie ou la valeur liquidative. Puis il calcule les probabilités « en étudiant les données ». Pas de place pour les pressentiments ? « 70 % de mon métier réside dans la rigueur, l’acquisition de connaissances, l’analyse des tendances. Le reste, c’est de l’intuition. »

[+]

Instantané : Une voiture réduite au minimalisme maximum. La conduite et rien d’autre.

Cet état d’esprit correspond bien à sa personnalité. Depuis neuf ans, Arndt Ellinghorst vit avec sa famille à Londres. Européen convaincu, il a eu les larmes aux yeux en apprenant au matin du 24 juin 2016 le résultat du référendum sur le Brexit. Selon lui, la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne ne fera que des perdants. Souhaite-t-il pour autant obtenir la nationalité britannique au lieu de l’allemande ? « Si mes fils se mettent à préférer le cricket au football, j’y réfléchirai. » Il y a quatre ans, Arndt Ellinghorst a quitté son poste de Managing Director chez Credit Suisse pour ouvrir et diriger le bureau européen d’Evercore ISI. Cet analyste rigoureux avait bien sûr étudié soigneusement la situation, mais il n’avait aucune garantie de réussir dans cette nouvelle aventure : « On ne peut pas tout prévoir dans la vie, on peut seulement essayer de compenser les déséquilibres. »

Il dirige aujourd’hui une équipe de 25 personnes. « Des gens jeunes et sympas. En un mot : des battants », raconte-t-il lors du dîner servi dans le somptueux bâtiment du Royal Automobile Club. D’après lui, le secteur a besoin de ces agitateurs : « On peut choisir de tirer au sabre, ou au fleuret. » Arndt Ellinghorst aime la provocation : « Dans ce milieu, c’est la seule façon de se faire entendre. » Mais il sait également garder son calme. Les petites saillies sont une bonne manière d’attirer l’attention, mais sur le terrain de l’analyse, les règles sont différentes : « Il faut toujours rester à la pointe de l’information, et ne donner un conseil aux investisseurs que quand on est sûr de soi. »

« Mon but est de recommander de bons produits en toute sincérité. C’est beaucoup plus important pour moi que les résultats à court terme. Je préfère une croissance rentable à la croissance à tout prix », explique cet économiste de formation. Interrogé sur l’identité de ses clients, sa réponse est plus évasive : « Je suis au service des marchés de capitaux, quelque part entre les industriels et les investisseurs. » La discrétion absolue est un autre ingrédient de sa réussite : se taire quand les circonstances l’exigent, parler lorsqu’il y a des choses à dire.

[+]

Toile de fond : Seuls les membres du Royal Automobile Club sont autorisés à rouler dans l’enceinte de Woodcote Park. Lentement et en silence, pour ne pas déranger les golfeurs.

[+]

Horizon : Toujours regarder de l’avant, telle est sa devise – et pas seulement au volant.

Et voici un de ces moments qui requièrent le silence. Il a pris place dans sa voiture favorite : une réplique de Porsche 911 T/R, un modèle construit en 1968 en seulement 35 exemplaires. Toutes d’authentiques voitures de course conçues pour disputer des rallyes et les remporter. La reconstruction d’Arndt Ellinghorst s’appuie sur le châssis léger du modèle T à empattement court. Le moteur est passé entre les mains des spécialistes belges de MEC Auto, qui ont réparti les 2,7 l de cylindrée sur six cylindres pour davantage de puissance. Le tout est alimenté par deux pompes à essence puisant dans un réservoir de course de 100 litres. Un extincteur est disponible en cas de besoin aux pieds du passager, comme il se doit dans une voiture de course de 250 ch.

Nous voilà partis en promenade au cœur de Londres. Jantes Fuchs à l’avant, Minilite à l’arrière. Beaucoup d’orange à l’extérieur, pas grand-chose à l’intérieur. Une tôle perforée en guise de tapis de sol, un volant de course au lieu d’un volant multifonction. Arndt Ellinghorst savoure sa liberté et ouvre la fenêtre pour apprécier la sonorité de ce modèle de collection. Il fait chauffer le moteur jusqu’à presque 10 000 tours avant d’enclencher le rapport supérieur. Les yeux rivés vers l’avant, notre pilote sourit et se souvient : « À une époque, j’ai restauré une Karmann Ghia avec mon frère. Puis j’ai fait mon mémoire chez Audi, j’ai travaillé chez Volkswagen. Et nous voilà à bord d’une Porsche. » Il faut admettre que l’expérience est exceptionnelle.

Coup d’œil à sa montre et bref hochement de tête : il nous reste quelques minutes. Arndt Ellinghorst nous parle d’Ernst Seiler, alias The Hunter, qui a piloté la 911 T/R sur les circuits de Monza, du Hockenheimring, du Nürburgring et bien d’autres encore. Celui pour qui la voiture a été construite, avec des phares additionnels de rallye, un petit volant de course, un gros moteur… Notre balade touche à sa fin, l’heure est venue de rentrer à la maison. Arndt Ellinghorst est attendu par ses trois fils. L’un d’eux aura sans doute un nouveau dessin à lui montrer. Les garçons crayonnent à longueur de journée. Des voitures de course, bien entendu.

[+]

Rétrospective : Les modèles anciens revêtus de housses bleues et la sportive rebelle d’Arndt Ellinghorst sont on ne peut plus complémentaires.

Il ramène la voiture au service de gardiennage, quelque part près d’une rue au nom évocateur de Drift Road, au sud-ouest de Londres. Les gardiens du lieu l’habilleront d’une housse bleue dès que le moteur aura refroidi. Arndt Ellinghorst lui jette un dernier regard puis monte dans son Audi Q7. Alors qu’il quitte sa place de stationnement, nous l’entendons parler dans son kit mains libres : « Dans ce cas, on modifie la recommandation, on conseille l’achat. » L’analyste automobile est de retour, et les gloires du passé laissent place aux perspectives d’avenir.

Texte Christina Rahmes
Photos Tim Adler