Menu
Modèles
Menu
Porsche - Cornelius Dornier

Cornelius Dornier

Cet homme porte un patronyme célèbre, celui d’un constructeur aéronautique de génie : Claude Honoré Désiré Dornier. Cet ingénieur allemand fonda en 1922 l’entreprise éponyme et marqua l’histoire de l’aéronautique avec ses avions de transport de passagers, le Komet et le Merkur, et ses hydravions, le Wal et le Do X.

Cornelius Dornier est le petit-fils du fondateur de l’entreprise. Jeune, le poids de son illustre héritage lui était difficile à porter. Dès lors, il refusa de prendre part à l’entreprise familiale et préféra tracer sa propre voie, notamment dans la publicité en tant que directeur artistique au sein de l’agence Springer & Jacoby. Sa détermination à explorer de nouvelles voies n’est pas sans rappeler le courage de son grand-père, auteur tout comme lui d’un véritable saut dans l’inconnu. Car il y a plus d’un siècle, l’ingénieur alors âgé de 26 ans quittait la métallurgie pour l’aéronautique encore balbutiante. À l’instar d’un créateur de start-up, il s’est alors lancé dans une aventure entrepreneuriale à une époque où le progrès technique fascinait. Ferdinand Porsche lui-même quitta le confort d’un poste à responsabilité chez Steyr pour voler de ses propres ailes en créant sa propre entreprise. « Un passionné de technique, comme mon grand-père », rappelle Cornelius Dornier. « Tous deux furent des pionniers. Ils n’étaient pas de ceux qui baissent les bras face à l’adversité. »

Inspiré par l’esprit de son grand-père, Cornelius Dornier a renoué avec l’histoire familiale après de nombreuses années, endossant jusqu’en 2016 la fonction de porte-parole de la Fondation Dornier dédiée à l’aéronautique et l’astronautique. Il a notamment supervisé la construction à Friedrichshafen du musée de la Fondation, où sont exposés les trésors qui retracent l’histoire de l’entreprise. « Un défi de taille », raconte-t-il. « On y retrouve la vie de mon grand-père, sa passion pour la technique et bien sûr les avions Dornier. » Son regard se pose sur sa Porsche 911 E, millésime 1969. Une voiture dans laquelle, comme il le dit lui-même, chaque kilomètre parcouru est un plaisir. Il dresse à nouveau un parallèle entre les deux pionniers : « Si Claude Dornier avait conçu des voitures de sport, il aurait créé une voiture qui ressemble à la Porsche 911. En effet, on retrouve dans ses croquis ce qui caractérise chaque Porsche, une conception simple et épurée. C’est le secret de la perfection. »

Texte Jürgen Lewandowski
Photo Dieter Mayr